l'alimentation anti inflammatoire conseillée en naturopathie

Les bonnes raisons de commencer une alimentation anti-inflammatoire

L’alimentation anti-inflammatoire combine différents modes de vie dont les bénéfices sur la santé ont été prouvés : le régime crétois ou méditerranéen, le régime okinawa, ou le régime Seignalet. Personnellement, je n’aime pas du tout ce terme de régime et je ne l’emploie pas. En effet en naturopathie, l’alimentation anti-inflammatoire est une manière de se nourrir mais s’intègre également dans une façon de vivre, un état d’esprit, un comportement.

Dans cet article, je vais vous présenter les fondements de l’alimentation anti-inflammatoire.

Les recommandations qui suivent sont valables pour les personnes sans pathologie particulière, en bonne santé et ne peuvent en aucun cas se souscrire au diagnostic de votre médecin.

Les piliers de l’alimentation anti inflammatoire en naturopathie

Des végétaux et des légumineuses pour les fibres et les vitamines

En naturopathie tout comme dans le cadre d’une alimentation anti-inflammatoire, on conseille de consommer des végétaux crus et cuits à chaque repas. Ces végétaux apportent des vitamines et oligo-éléments, des anti-oxydants pour lutter contre les inflammations, et des fibres dont l’organisme a besoin.

Votre naturopathe vous conseillera aussi de consommer des céréales complètes et des légumineuses plusieurs fois par semaine. En effet, les légumineuses sont riches en protéines, ce qui est une bonne alternative à la viande. En les associant aux céréales, vous optimisez l’assimilation des protéines grâce aux acides aminés complémentaires entre les céréales et les légumineuses.

Les légumineuses apportent aussi des glucides à assimilation lente qui vous donneront de l’énergie pour toute la journée. De plus, elles sont riches en fibres, nécessaires à notre équilibre intestinal. Si cela vous cause un inconfort intestinal, n’hésitez pas à vous rapprocher d’une naturopathe car ce n’est pas une situation à laquelle on doit se résigner. Enfin pour bénéficier de tous ces bienfaits, il est impératif de faire tremper les légumineuses (entre 4 et 12h) avant de les consommer. Le trempage permet en effet d’éliminer les anti-nutriments.

La ménopause, âge d’or de la femme – Ateliers thématiques

Les désagréments de la ménopause ne sont pas une fatalité ! Avec Caroline Cuny, psychologue, nous vous ouvrons les portes du bien-être féminin. Au cours de trois ateliers thématiques, nous vous donnerons des clés pratiques et naturelles pour faire face aux problèmes liés à la ménopause.

  • Vendredi 2 décembre, 18h – 20h30 : Mieux vivre ses émotions
  • Vendredi 20 janvier, 18h – 20h30 : Adapter son alimentation
  • Vendredi 24 février, 18h – 20h30 : Apprivoiser son sommeil

Les ateliers peuvent être suivis indépendamment. Lieu : Centre de bien-être Pierre de Lune, St Ismier (38)

Choisir les bons lipides

Un apport suffisant en lipides est également crucial pour le bon fonctionnement de notre organisme et particulièrement de notre cerveau. Il faut préférer des huiles végétales de première pression à froid : colza, lin et cameline pour leurs apports en omégas 3 et huile d’olive pour les omégas 9.

Notre alimentation actuelle est déjà riche en omégas 6. Il n’est donc pas nécessaire d’en apporter des sources supplémentaires comme l’huile de tournesol par exemple. En complément des huiles, les oléagineux comme les amandes, les noisettes, les graines de courge… sont également des sources de lipides et de protéines très intéressantes. Utilisés en purée dans des sauces, dans des gâteaux ou grignotés en collation, les oléagineux sont faciles à consommer.

Afin de compléter les apports en omégas 3, on recommande très fortement dans l’alimentation anti-inflammatoire de consommer des petits poissons (sardines, harengs, maquereaux…). Ils contiennent moins de métaux lourds que les autres poissons gras également très bons à la santé. Et leurs omégas 3 sont mieux assimilables par l’organisme que ceux des huiles. Les petits poissons en conserve sont très pratiques pour accommoder une salade. Si l’idée ne vous réjouit pas, voici d’autres recettes qui utilisent les petits poissons de façon détournée.

Les aliments à consommer avec modération dans l’alimentation anti inflammatoire

La place de la viande dans l’alimentation anti-inflammatoire

Vous avez pu constater que de nombreux aliments très communs sont conseillés dans l’alimentation anti-inflammatoire. C’est pour cela qu’on ne peut vraiment pas considérer cette alimentation comme un régime ou une privation. Cependant, il est vrai que l’on essaie de réduire, ou parfois supprimer selon la sensibilité des personnes, certains produits. Ils s’agit des aliments considérés acidifiants et qui augmentent les inflammations de l’organisme.

En premier lieu, les apports en viande sont restreints car une surconsommation de protéines animales entraîne une acidification de l’organisme. De plus, elle altère les fonctions hépatique et rénale. Cependant, je parle de surconsommation. Il n’est pas nécessaire nutritionnellement de supprimer la viande. Pour les hommes, un à deux repas composés de viande dans la semaine seraient suffisants. Pour les femmes réglées, les femmes enceintes et les enfants durant la croissance, une consommation un peu supérieure est bénéfique.

Comme alternatives à la viande, il convient de se méfier des préparations industrielles imitant les produits carnés. Ils sont souvent riches en acides gras saturés, en exhausteurs de goût et en produits raffinés. Que des composants que l’on veut limiter dans l’alimentation anti-inflammatoire. Il vaut mieux leur préférer la simplicité des légumineuses ou de produits bruts à partir de soja.

Quid du gluten et du lactose ?

De même, les produits laitiers sont réduits (sauf pour les nourrissons) car le lactose est acidifiant. On limitera en particulier les produits à base de lait de vache. Sauf intolérance au lactose, une consommation raisonnée (quelques fois par semaine) de produits à base de lait de brebis ou de chèvre reste tout à fait possible.

Pour éviter les sources d’inflammations, il est aussi conseillé de diminuer sa consommation de produits contenant du gluten. En effet, les molécules de blé ont été largement transformées au cours du 20ème siècle. Cependant, de nombreuses farines sont naturellement sans gluten et permettent de réaliser pains, gâteaux, crêpes et tartes en tout genre.

En complément de ces nouvelles farines, on essaiera aussi d’éviter les sucres raffinés. Cela passe tout d’abord par une prise de conscience des sucres ajoutés par simple habitude dans le thé, le café, le yaourt… Dans les gâteaux, on peut utiliser des fruits pour sucrer naturellement les préparations.

Votre bilan alimentaire gratuit en 3 minutes !

Des repas gourmands qui ravissent vos yeux et vos papilles

La cuisine anti-inflammatoire fait la part belle aux herbes aromatiques et aux épices (curcuma, gingembre, cannelle, thym, laurier, cumin…). Tout d’abord, elles permettent de diminuer la quantité de sel utilisée. De plus, ces produits sont alcalinisants et contiennent de nombreux anti-oxydants. Une autre astuce nutritionnelle de l’alimentation anti-inflammatoire consiste à consommer des graines germées qui sont nutritives et satiétogènes.

Aussi, votre naturopathe vous guidera afin d’optimiser la cuisson des aliments. En effet, trop cuire un aliment diminue sa quantité de vitamines et de minéraux. Les cuissons fortes et les barbecues entraînent également des réactions chimiques appelées réactions de Maillard. Dans l’alimentation anti-inflammatoire conseillée en naturopathie, on privilégie donc les cuissons douces, à la vapeur, au four en-dessous de 160°c (idéalement 110°c).

Yoga et naturopathie – Stage de printemps autour du stress

Je m’associe à Clara, professeure de yoga, pour vous proposer un stage sur une thématique très demandée : la gestion du stress. Nous l’aborderons sous différents aspects : depuis sa compréhension physiologique jusqu’aux méthodes de relaxation en passant par l’influence de l’alimentation.

Du vendredi 17 mars (17h) au dimanche 19 mars (16h) à Mens (38)

S’hydrater, oui mais pas n’importe comment

Boire de l’eau en quantité suffisante est essentiel, de préférence en dehors des repas. On peut également consommer du thé (vert de préférence) et des infusions tout au long de la journée. Le thé contient des tanins qui sont anti-oxydants.

Cependant, il vaut mieux limiter la consommation de café à 1 ou 2 tasses par jour. Par exemple, on pourra leur préférer des succédanés type chicorée, Caro, Bambou. En effet, le café augmente le stress et l’anxiété, grands consommateurs de radicaux libres. Le café diminue également l’absorption du magnésium et de la vitamine B.

Enfin, on conseille de réduire la consommation d’alcool à un verre de vin par jour. On choisira du vin rouge de préférence car il contient des tanins qui sont anti-oxydants.

L’alimentation anti-inflammatoire, un mode de vie

Cuisiner anti inflammatoire, c’est également être « éco responsable ». Avec l’importance donnée aux fruits et légumes dans l’alimentation anti-inflammatoire, on privilégie les produits locaux et de saison. Si possible, on les choisit issus de l’agriculture biologique pour réduire notre exposition aux pesticides.

Le seul fait de se nourrir sainement ne suffit pas pour être en bonne santé. L’alimentation anti-inflammatoire en naturopathie doit aussi être accompagnée d’exercices physiques réguliers, de détente, de relaxation, de relations sociales…

A propos de relaxation, la naturopathie insiste sur l’importance de prendre ses repas dans le calme en étant détendu. Consacrer un temps raisonnable aux repas permet aussi de bien mastiquer. Or, la mastication favorise la digestion des glucides, diminue le travail stomacal et permet de manger moins.

En effet, suivant les principes du « régime Okinawa », il est conseillé d’adopter une alimentation frugale. Diminuer notre apport calorique de 17% permettrait de gagner 2 à 3 ans d’espérance de vie.

alimentation anti inflammatoire naturopathie

En suivant une alimentation anti inflammatoire, vous allez très vite ressentir du mieux être : meilleure digestion, plus d’énergie, meilleur sommeil, douleurs atténuées. En tant que naturopathe, je suis là pour vous accompagner et vous donner tous les conseils nécessaires à votre réussite.

Vous avez envie de mettre en place quelques changements dans votre alimentation mais vous ne savez pas par où commencer ? Je vous fournis chaque semaine des recettes, une liste de courses et des astuces pour améliorer facilement votre alimentation.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.