Depuis les années 1980, nous sommes bercés aux « produits laitiers, amis pour la vie ». Il faudrait consommer 3 produits laitiers par jour selon les recommandations officielles alors que 50 % des adultes dans le sud de la France présentent un inconfort digestif consécutif à la consommation de produits laitiers. Alors qu’en est-il des effets du lait sur notre organisme ? Risque-t-on des carences en calcium en limitant notre consommation de lait ?

Effets de l’acide sur les os

Pour une grande majorité de Français, la consommation régulière de lait est vue comme un moyen de fortifier les os grâce à l’apport de calcium. Cependant, le lait est un aliment fortement acidifiant (au sens de l’indice PRAL), ce qui limite ses effets bénéfiques, en particulier sur la prévention de l’ostéoporose.

flans sans lactose

Cependant, l’ostéoporose est due à une déminéralisation secondaire à une acidose, c’est-à-dire un déséquilibre acido-basique du pH du sang. Elle est souvent d’origine alimentaire : sucres rapides consommés en quantités trop importantes (pain blanc notamment), céréales et huiles raffinées, alcool, viande en excès, fromages et produits laitiers, alimentation industrielle…

Le sang au pH trop acide va chercher à récupérer des « bases » afin de retrouver un pH idéal. Rappelez-vous, notre corps est en perpétuelle recherche d’équilibre entre acide et base. Si notre alimentation de contient pas suffisamment de bases pour neutraliser les acides consommés, il va piocher dans la plus grande réserve minérale du corps : l’os. Cela va stimuler des cellules (les ostéoclastes) qui vont détruire et fragiliser le squelette.

Le lait contient beaucoup de phosphore qui est acidifiant. En consommant trop de lait, nous risquons donc d’obtenir l’effet inverse et de dégrader notre squelette.

Le lait n’est pas la seule source de calcium

Le capital en calcium se construit jusqu’à l’âge de 15 ans et pas seulement à partir du lait. Certaines eaux minérales sont très riches en calcium : Hépar 581mg/l, Contrex 450mg/l. Certains aliments sont également très riches en calcium : les sardines entières en contiennent 380mg/kg, les amandes 254mg/kg, les noisettes 188mg/kg. Une alimentation dépourvue de produits laitiers est donc tout à fait adaptée pour éviter les carences en calcium.

En comparaison un fromage de chèvre frais (ex Saint maure) en contient 180mg/kg, le roquefort 700mg/kg.

De plus, le calcium ne suffit pas à garantir un bon capital osseux, il faut aussi que notre organisme soit capable de fixer le calcium. Pour réaliser cette tâche, la vitamine D est essentielle. On la trouve en quantité importante dans les poissons gras (saumon, truite, thon, sardines, maquereaux).

Tous les peuples consomment-ils du lait ?

Nous n’avons pas toujours consommé du lait ! Les premiers hommes ne consommaient pas de produits laitiers car l’élevage n’existait pas et pourtant l’examen de leur squelette a montré qu’ils n’avaient pas de carence en calcium et ne souffraient pas d’ostéoporose.

De plus, les peuples d’Asie ne consomment pas ou très peu de produits laitiers. Cependant, ils ont une longévité parmi les plus élevées au monde, une absence de maladies cardio-vasculaires et ne présente pas de déminéralisation.

On le dit et on le répète, ces articles ne sont pas là pour vous inciter à supprimer une catégorie d’aliments. Simplement, interrogez-vous sur votre ressenti après les repas, vous constaterez peut-être un inconfort répété après avoir consommé certains aliments. Dans ce cas, pourquoi ne pas essayer de diminuer leur consommation ? Et même si vous ne remarquez aucune gêne, rien ne vous empêche d’élargir vos apports de calcium et de vitamine D aux oléagineux, poissons gras… L’essentiel reste la diversité !

Sources :

http://www.filiere-laitiere.fr/fr/chiffres-cles

-Dr Olivier STEIN 2013

-Le grand livre de l’équilibre acido-basique A. Dufour C. Dupin

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-produits-laitiers-nos-amis-pour-la-vie_27560