Comment équilibrer ses hormones du sommeil ?

Nous avons tous déjà passé de mauvaises journées à cause de nuits peu réparatrices. Mais les conséquences d’un sommeil perturbé vont bien au-delà de ces journées peu fructueuses. En effet, un bouleversement des hormones du sommeil a des répercussions sur notre capacité à mémoriser les informations, notre immunité, nos capacités physiques…

Comme nous l’avons évoqué dans l’article consacré aux cycles du sommeil, les causes d’un mauvais sommeil sont multifactorielles : pathologiques, hormonales ou dues à des troubles du comportement (mauvaise alimentation, écran, lumière…). Tous ces facteurs désorganisent notre hormones du sommeil.

L’importance d’un bon sommeil

Un bon sommeil améliore notre état général, booste notre énergie et notre système immunitaire. En effet, c’est au cours de notre sommeil que notre système immunitaire mémorise les virus et les bactéries rencontrés, ce qui permet une réponse adaptative efficace. En conséquence, un manque de sommeil chronique accroît le risque de pathologies.

Le sommeil nous permet également de consolider notre mémoire et de stocker de nouveaux souvenirs. Les scientifiques estiment que nous disposons de 48h pour enregistrer de nouvelles connaissances et ceci a lieu pendant notre sommeil.

memoire sommeil

Un bon équilibre des hormones du sommeil permet aussi un état physique et psychique stable. En effet, bien dormir permet une meilleure résistance au stress. Cela nous permet de prendre de la distance par rapport aux problèmes, de les accepter et de les régler avec clairvoyance et justesse.

Durant notre sommeil se déroule également une activité hormonale vitale pour notre développement. En effet, entre 60 et 70% des hormones de croissance sont produites lors des premières heures de sommeil. L’hormone de croissance est cruciale car elle intervient dans le métabolisme des protéines, des glucides et des lipides mais également dans la reproduction. On comprend ainsi aisément qu’un mauvais sommeil sera en corrélation avec des pathologies inflammatoires : obésité, prise de poids, stress, maladies cardiovasculaires, diabètes…

La ménopause, âge d’or de la femme – Ateliers thématiques

Les désagréments de la ménopause ne sont pas une fatalité ! Avec Caroline Cuny, psychologue, nous vous ouvrons les portes du bien-être féminin. Au cours de trois ateliers thématiques, nous vous donnerons des clés pratiques et naturelles pour faire face aux problèmes liés à la ménopause.

  • Vendredi 2 décembre, 18h – 20h30 : Mieux vivre ses émotions
  • Vendredi 20 janvier, 18h – 20h30 : Adapter son alimentation
  • Vendredi 24 février, 18h – 20h30 : Apprivoiser son sommeil

Les ateliers peuvent être suivis indépendamment. Lieu : Centre de bien-être Pierre de Lune, St Ismier (38)

Comment favoriser les hormones du sommeil ?

La principale hormone du sommeil est la mélatonine. Lorsque la lumière diminue, le cerveau commande la sécrétion de mélatonine. Ainsi, le taux de mélatonine augmente progressivement vers 20h et est responsable de l’endormissement. Au fur et à mesure de la nuit, la quantité de mélatonine diminue dans le sang. Une autre hormone prend ensuite le relais pour se réveiller le matin, le cortisol, appelé hormone d’éveil.

alimentation hormones du sommeil

La mélatonine est fabriquée à partir d’un neuromédiateur : la sérotonine. Et là tout se complique ! En effet, la sérotonine doit être apportée en quantité suffisante par notre alimentation afin que notre cerveau puisse synthétiser la mélatonine. On peut dire que la sérotonine est un neurotransmetteur précurseur de la mélatonine.

La sérotonine est dérivée d’un acide aminé essentiel (protéine), le tryptophane. On trouve le tryptophane dans de nombreux aliments : viande, poisson, produits laitiers, œufs, légumineuses, chocolat… Malheureusement, il ne suffit pas de consommer ces aliments pour assurer une synthèse suffisante du tryptophane. En effet, tous les acides aminés sont en concurrence pour passer en premier la barrière encéphale. Si nous voulons que notre tryptophane gagne la course, il a besoin de cofacteurs comme le magnésium et les glucides.

Ces explications sont très théoriques, je le conçois. Les paragraphes ci-dessous vont vous aider à mettre tout ceci en pratique pour booster vos hormones du sommeil.

L’alimentation et les hormones du sommeil

Un bon sommeil se prépare dès le matin et se cultive toute la journée. Il est important d’adopter une alimentation adéquate. Le matin et le midi, le repas devra être riche en protéines (œufs, jambon, soja…) et en omégas 3 (maquereaux, harengs, sardines qui contiennent également des protéines) afin de favoriser la production de dopamine et booster l’organisme. Ces deux repas contiendront peu de sucre.

Dans l’après-midi et la soirée, la tendance sera à l’inverse. On privilégiera l’apport de glucides lents (légumineuses, riz complet, pommes de terre…) afin de favoriser la production de tryptophane qui est le précurseur de la sérotonine (l’hormone du sommeil).

notre meilleure recette sans glutende pâtes à la bolognaise

Le repas du soir ne sera pas trop copieux afin de ne pas compromettre la digestion. Des légumes crus et cuits sont consommés à tous les repas. Un petit goûter composé d’un fruit frais, de quelques fruits secs et d’un carré de chocolat noir prépare également bien le sommeil.

L’activité physique

Pratiquer une activité physique régulièrement permet de mettre notre organisme dans de meilleures dispositions d’endormissement. Cependant, on conseille souvent que les heures de pratique ne soient pas effectuées trop tard dans la soirée.

sommeil sport

Le matin, il est conseillé d’effectuer des activités plutôt douces. En effet, notre taux de cortisol est déjà élevé, donc il n’est pas nécessaire d’en produire d’avantage. Entre 17h et 19h, notre glycémie augmente ainsi que notre température corporelle. C’est donc biologiquement parlant, le moment idéal pour faire du sport.

Après 20h, on préférera des activités plus douces qui n’élèveront pas trop le rythme cardiaque au risque de perturber l’endormissement.

Yoga et naturopathie – Stage de printemps autour du stress

Je m’associe à Clara, professeure de yoga, pour vous proposer un stage sur une thématique très demandée : la gestion du stress. Nous l’aborderons sous différents aspects : depuis sa compréhension physiologique jusqu’aux méthodes de relaxation en passant par l’influence de l’alimentation.

Du vendredi 17 mars (17h) au dimanche 19 mars (16h) à Mens (38)

Mes routines d’endormissement

Adopter certaines routines et respecter les rythmes circadiens permet d’améliorer la qualité du sommeil. Nombre de ces conseils sont bien connus mais comme nos habitudes nous en écartent parfois, un petit rappel ne fera pas de mal. Bien entendu, il convient à chacun de trouver ses propres pratiques en fonction de son tempérament naturopathique, de ses intérêts, de la période de la vie…

Dormir dans une chambre aérée et peu chauffée favorise un sommeil de qualité. Pour faciliter l’endormissement, on essaie de bannir les écrans après 20h ou le plus longtemps possible avant le coucher. S’entourer de livres dans sa chambre, se doucher à l’eau froide peut également aider à créer une routine de sommeil. Aussi, pratiquer quelques exercices de respiration ou de méditation avant de se coucher permet de laisser de côté l’agitation de la journée.

Ce type de routine conditionne notre cerveau, et en particulier le noyau suprachiasmatique situé dans l’hypothalamus et qui régule nos rythmes circadiens.

Et si vous voulez en savoir plus sur ces thématiques et découvrir des exercices de yoga et de respiration spécifiques pour le sommeil, je vous propose le replay d’un atelier de 2h réalisé avec Clara, professeure de yoga.

yoga naturopathie sommeil

3 plantes pour rétablir vos hormones du sommeil

La gemmothérapie utilise les bourgeons des plantes qui sont les plus concentrés en principes actifs. La posologie est très simple puisqu’il s’agit de 15 gouttes par jour à diluer dans un verre d’eau et à répartir entre le matin et le soir. Cependant, je vous conseille vivement de vous adresser à un professionnel afin d’adapter les conseils à vos besoins.

Les plantes ci-dessous ciblent spécifiquement le système nerveux central avec pour effet de favoriser l’endormissement.

  • Le bourgeon de figuier est bien adapté aux personnes nerveuses. Il apaise, favorise le sommeil et agit également comme un anti inflammatoire.
  • Le bourgeon de tilleul agit comme un sédatif léger. Il calme les spasmes. Cependant, son action n’est pas immédiate. Il faut être patient et le prendre sur du long terme. Attention toutefois car pris en quantité important il peut se révéler excitant.
  • Le bourgeon d’aubépine freine l’action du système nerveux sympathique. Il active la production de mélatonine. C’est également une excellente plante cardiovasculaire. Il n’y a aucune contre indication à prendre de l’aubépine.

Si vous avez besoin d’un accompagnement individuel, une séance de naturopathie ou de réflexologie plantaire donne aussi de très bons résultats sur les diverses problématiques liées au sommeil.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.