Accompagner naturellement la ménopause en naturopathie

Dans les anciennes traditions, la femme ménopausée était considérée comme une « sage-femme ». A partir de ce moment, elle avait accès à certains postes jusque là interdits. Il est grand temps aujourd’hui de ne plus considérer la femme ménopausée comme une « vieille ». Une femme grisonnante est une femme séduisante, riche d’expériences, de vitalité, de joie de vivre et de projets.

Pour vivre pleinement cette nouvelle période de la vie de femme, il est donc important de garder un corps sain et fonctionnel. Malgré ce que vous avez sûrement déjà entendu, les symptômes de la ménopause ne sont pas une fatalité ! Je vous propose dans cet article de nombreuses méthodes naturelles pour soulager la ménopause en naturopathie.

La ménopause : un tournant dans une vie

Notre corps se modifie et grandit vers l’ouverture du Cœur, la Sagesse, le Savoir. A chacune de nous d’utiliser cette richesse intérieure comme une chance et non pas comme une fatalité. En considérant chaque femme dans sa globalité, c’est exactement l’approche de la ménopause adoptée en naturopathie.

Les quatre étapes clés de la ménopause

La ménopause comprend 4 différentes étapes qui se caractérisent par leurs symptômes et leur durée : la pré-ménopause, la péri-ménopause, la ménopause et la post-ménopause.

les différentes phases de la ménopause

La pré-ménopause se caractérise par les règles qui deviennent de moins en moins régulières et abondantes. Les premiers symptômes qui accompagnent la diminution des règles sont des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, des jambes lourdes, des baisses de moral. La péri-ménopause arrive généralement un an avant les dernières règles.

Cette période (pré- et péri-ménopause) dure entre 2 et 8 ans. Les principaux symptômes sont tout d’abord physiques :

  • Accentuation du syndrome prémenstruel, menstruations irrégulières
  • Troubles du sommeil
  • Changements de la fonction sexuelle
  • Maux de tête
  • Bouffées de chaleur, suées nocturnes

Mais de nombreuses femmes ressentent aussi des bouleversements émotionnels liés à la ménopause. La naturopathie propose des solutions à ces deux types de symptômes, comme nous le verrons par la suite.

  • Difficultés de concentration
  • Modifications de l’humeur
  • Difficultés d’acceptation
  • Émotions exacerbées

Ensuite, la ménopause s’installe. La post-ménopause est la phase qui suit les dernières règles et qui perdure toute la vie.

La ménopause, âge d’or de la femme – Ateliers thématiques

Les désagréments de la ménopause ne sont pas une fatalité ! Avec Caroline Cuny, psychologue, nous vous ouvrons les portes du bien-être féminin. Au cours de trois ateliers thématiques, nous vous donnerons des clés pratiques et naturelles pour faire face aux problèmes liés à la ménopause.

  • Vendredi 2 décembre, 18h – 20h30 : Mieux vivre ses émotions
  • Vendredi 20 janvier, 18h – 20h30 : Adapter son alimentation
  • Vendredi 24 février, 18h – 20h30 : Apprivoiser son sommeil

Les ateliers peuvent être suivis indépendamment. Lieu : Centre de bien-être Pierre de Lune, St Ismier (38)

Rappel physiologique

Les ovaires contiennent à la naissance entre 400 000 et 600 000 follicules. Seulement 400 à 500 arriveront à maturité et libèreront un ovule par cycle menstruel. La maturation des follicules est liée à la production d’œstrogènes. Cette hormone varie en synergie avec la progestérone au cours du cycle. Le bon équilibre de ces deux hormones est géré par l’hypophyse, une glande endocrine sous le contrôle de l’hypothalamus, lui-même activé par le système nerveux central.

En phase de pré-ménopause, les ovaires sont moins opérationnels et les follicules disparaissent petit à petit. Parallèlement, les hormones sont secrétées de façon plus anarchique. Les taux de progestérone et d’œstrogènes chutent. C’est pourquoi il est souvent proposé un traitement substitutif hormonal. Or, ces traitements allopathiques ne sont pas sans conséquence. Comme nous le verrons plus tard, il est possible d’accompagner naturellement et efficacement les changements hormonaux de la ménopause grâce à la naturopathie.

la ménopause et les hormones

Les différentes baisses hormonales impactent tous les systèmes et tout l’équilibre de la femme. C’est pourquoi il est important de veiller à stabiliser le microbiote, l’énergie et l’immunité afin de conserver une bonne homéostasie (équilibre du corps).

La ménopause devrait se préparer 15 ans auparavant, de façon à arriver dans cette période de grand remue-ménage sans inflammation, sans problème de poids, de circulation sanguine, de stress… La pratique régulière d’une activité sportive est également indispensable pour éviter la sarcopénie (fonte de la masse musculaire).

Les bonnes résolutions de la ménopause en naturopathie

Soigner son microbiote

Le microbiote de la femme ménopausée s’appauvrit. Le pH devenant moins acide, les flores intestinale et vaginale se dérèglent, favorisant ainsi la prise de poids. En effet, des hormones digestives comme la ghréline voient leur production déréglée lors de la ménopause. Or, cette hormone permet de ressentir la satiété après un repas et joue un rôle dans le métabolisme des lipides. Les kilos superflus s’installent ainsi plus facilement.

Afin d’aider le corps à lutter contre ces désagréments, il est important de consommer des pré- et pro-biotiques afin de maintenir l’intégrité de la flore intestinale et d’éviter ces ennuis. L’équilibre acido-basique général doit lui aussi être préservé.

recette alimentation équilibrée

Pour rappel, les probiotiques sont des micro organismes vivants qui composent notre microbiote. Ils contribuent à maintenir une flore intestinale de bonne qualité. Les prébiotiques permettent d’accroître la croissance et la qualité des probiotiques. Ils sont considérés comme des substrats.

Maintenir son énergie

Notre capital énergie est logé dans les surrénales, des petites glandes situées au dessus des reins. Ce sont elles qui fabriquent le cortisol, l’adrénaline et le DHEA. Ces trois hormones ont une forte influence sur notre état émotionnel. Le cortisol augmente en période de stress, qu’il soit ponctuel ou chronique. L’adrénaline nous permet de fuir en cas de danger. Enfin, la DHEA neutralise l’effet inhibiteur du cortisol, contrôle le taux de LDL cholestérol et augmente la densité osseuse.

ménopause relaxation

Il est donc important de se ménager, de ne pas sur solliciter ses surrénales afin de ne pas épuiser son organisme. Ceci conduirait à des inflammations, à un stress oxydatif.

La sérotonine (hormone du bonheur) est elle aussi mal menée lors de la ménopause. Ceci explique les modifications du comportement émotionnel et sexuel.

Adapter son alimentation à la ménopause en naturopathie

A partir de 45/50 ans, nos mitochondries (c’est à dire les cellules énergétiques de nos organes) vieillissent. Elles perdent en efficacité et par conséquent notre métabolisme ralentit. Cela induit physiologiquement un besoin moindre en calories. Cependant, les besoins en nutriments, en vitamines, en protéines restent les mêmes. Et c’est bien là que réside le problème.

En résumé, la femme se retrouve au milieu d’un chamboulement hormonal, des émotions difficiles à gérer qui engendrent souvent du grignotage ou une alimentation anarchique, un besoin calorique inférieur qui nécessite une restriction alimentaire, mais un besoin nutritionnel inchangé.

Alors, comment faire ? Voilà quelques suggestions pratiques et faciles à mettre en place au quotidien pour bien vivre la ménopause grâce à la naturopathie.

Limiter sa consommation de sucre

Cela ne signifie pas que vous ne pouvez ne plus manger de dessert. Il faut les cuisiner autrement en utilisant des compotes, des oléagineux, des épices et en déshabituant notre cerveau à ce goût sucré. Voici des idées gourmandes pour vous inspirer.

Augmenter sa consommation de petits poissons

Les sardines, maquereaux, anchois, harengs sont riches en omégas 3, de puissants anti-inflammatoires. Il est vrai que l’on trouve des omégas 3 dans des aliments végétaux comme les huiles de colza, lin ou cameline ainsi que dans les oléagineux. Cependant avec l’âge, l’organisme assimile moins bien ces omégas 3 que ceux issus des petits poissons. C’est pourquoi il est toujours important de varier son alimentation.

Enfin, les sardines, maquereaux, anchois… sont riches en protéines afin d’éviter la fonte musculaire. Ces aliments sont donc particulièrement recommandés en naturopathie lors de la ménopause.

Instaurer un jeûne intermittent

En tant que naturopathe, je conseille d’instaurer un jeûne intermittent 2 à 3 fois par semaine à partir de la ménopause. Vous pouvez même l’effectuer régulièrement si cela vous convient et s’intègre bien dans votre organisation. Il faut privilégier le jeûne du soir quand c’est possible.

En effet, nos mitochondries utilisent d’avantage d’énergie la nuit afin de restaurer les tissus et de créer d’autres cellules. S’il y a jeûne le soir, notre organisme va puiser dans les cellules adipeuses pour trouver de l’énergie et cela permettra de maintenir un poids optimal.

Attention cependant, le jeûne intermittent ne convient pas à toutes les femmes ! Si vous avez une hypothyroïdie, si vous avez ou avez eu des troubles du comportement alimentaire, même lointains, je vous déconseille cette pratique.

Organiser des détox régulières

De nombreuses plantes permettent d’aider l’organisme à éliminer : romarin, artichaut, radis noir, chardon Marie, ortie, reine des prés… Veillez également à une hydratation suffisante, essentiellement à base d’eau, ponctuellement de tisane.

Je vous conseille de réaliser deux détox par an : une au printemps et une à l’automne. Elles durent généralement 21 jours et sont à organiser en fonction de votre constitution et de votre tempérament. Vous pouvez utiliser des macérats glycérinés ou des extraits de plante sèche en fonction de vos préférences. Cependant, ne commencez pas une détox longue lorsque vous êtes fatiguée.

Tout au long de l’année, vous pouvez pratiquer des monodiètes, boire des tisanes de romarin qui agissent sur le foie ou des infusions de genévrier pour les reins.

Pratiquer une activité physique

Comme je l’ai mentionné plus haut nos besoins énergétiques diminuent physiologiquement à la ménopause. En pratiquant une activité régulière (c’est à dire au moins trois fois par semaine) cela permet de maintenir ou d’augmenter notre dépense énergétique. J’entends par activité physique de la marche rapide, de la randonnée, une activité de gymnastique douce, du stretching, du vélo… Ces activités sont réalisées sans objectif de performance.

L’activité physique aura également pour bienfait de maintenir un capital musculaire afin d’éviter une fonte musculaire et une sarcopénie ultérieure. De plus, ces pratiques permettent la production de sérotonine et dopamine. Cela induit du positivisme, de la légèreté, du bien-être et de la joie dans notre vie.

Yoga et naturopathie – Stage de printemps autour du stress

Je m’associe à Clara, professeure de yoga, pour vous proposer un stage sur une thématique très demandée : la gestion du stress. Nous l’aborderons sous différents aspects : depuis sa compréhension physiologique jusqu’aux méthodes de relaxation en passant par l’influence de l’alimentation.

Du vendredi 17 mars (17h) au dimanche 19 mars (16h) à Mens (38)

Solutions naturelles pour la ménopause en naturopathie

Les plantes sont des aides merveilleuses à chaque étape de la vie. En période de ménopause, nous pourrons les utiliser comme draineur naturel, comme anti-oxydant afin de ralentir le vieillissement cellulaire, pour retrouver de l’énergie, améliorer le sommeil ou atténuer les douleurs articulaires.

Gemmothérapie

En gemmothérapie, on utilise des bourgeons de plantes (plus concentrés en principes actifs que les plantes elles-mêmes) préparés en macérat. La posologie indiquée en naturopathie pour la ménopause est de 5 à 15 gouttes par jour sous la langue ou dans un verre d’eau.

Macérat de bouleau

Le bouleau est un draineur naturel qui favorise le bon fonctionnement des voies urinaires. Il aide à renforcer les défenses immunitaires et contribue à une meilleure mobilisation articulaire, notamment en association avec le cassis.

Macérat de cassis

Le cassis contribue à la bonne santé des muscles et des articulations. Il améliore la résistance de l’organisme, redonne de l’énergie aux glandes surrénales. De plus, il potentialise l’effet des autres bourgeons.

Macérat d’airelle

L’airelle est l’amie de la femme, de l’adolescence à la vieillesse. Elle protège les tissus et les cellules de l’oxydation et régularise l’acidose par action rénale. De plus, elle protège la flore intestinale, limite les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes.

Phytothérapie

En phytothérapie, nous allons utiliser toutes les parties des plantes en fonction des spécificités de chacune et des effets recherchés : bois, feuille, fruit, racine, fleur, écorce, graine. Vous les trouverez soit sous forme liquide, en poudre en gélule ou en tisane (partie sèche de la plante).

Les baies d’argousier

Les baies d’argousier contiennent des Oméga 7 qui ne sont présents que dans quelques aliments (avocat, noix de macadamia). De plus, elles irriguent la peau, les muqueuses digestives et vaginales.

Le houblon

Le houblon contient de l’hopéine qui est un œstrogène naturel puissant, tonique de la partie pelvienne. C’est un calmant du système nerveux. Cependant, il ne faut pas en utiliser en cas de cancer hormono dépendant (c’est le cas d’un grand nombre de cancers de la prostate, du sein mais aussi de cancers de l’endomètre, de la thyroïde ou des tumeurs neuroendocrines).

La sauge officinale

La sauge officinale soulage les bouffées de chaleur, les aménorrhées et dysménorrhées (absence et perturbation des règles). Elle est anti spasmodique et cholagogue, c’est à dire qu’elle facile l’écoulement de la bile. Enfin, elle protège le foie et réduit l’inflammation liée à la ménopause.

J’espère que cet article et ces conseils vous seront utiles. Il est parfois difficile de faire face seule à ce bouleversement et un accompagnement personnalisé est souvent nécessaire pour un passage en douceur vers cette seconde vie.

N’hésitez plus ! Vous pouvez consulter en visio.

Et si finalement la ménopause était une chance ?

La femme est une passeuse, elle porte dans son ventre l’origine du monde, et le monde depuis sa création s’est toujours transformé. La ménopause nous impose des changements. Notre sagesse nous conduit à tirer profit de ces changements, à nous diriger vers plus de « slow life ».

Nos enfants ont souvent quitté le foyer familial et une certaine « solitude » peut s’installer. A mes yeux, c’est le moment idéal pour s’autoriser un peu d’égoïsme après avoir tant donné pour les autres. Il nous reste en moyenne plus de 30 ans à vivre. Pourquoi ne pas les utiliser comme une seconde vie, une nouvelle chance ?

Bougez, osez, vivez, partagez, vibrez.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.